Communication
Les communiqués de presse

Le parc informe et communique régulièrement. La responsable de communication de Neode se tient à votre disposition.

Consulter les archives
Communiqué de presse

Neuchâtel, le 19 mars 2013

NeoCoat, fabricant de diamant synthétique, s’installe au Parc technologique de la Chaux-de-Fonds.

La jeune start-up NeoCoat fait pousser des diamants comme des champignons ! Un marché de niche, dont les concurrents mondiaux se comptent sur les doigts de la main.

 L’utilisation des diamants de synthèse dans la joaillerie débute vers le milieu des années 1990, mais il faut attendre les années 2000 pour qu’ils fassent leur entrée dans le monde industriel.

Fort de ce constat, des entrepreneurs ont eu l’idée de créer NeoCoat sur la base d'un savoir-faire, fruit de nombreuses années de développement et partiellement issu du CSEM.

La jeune start-up part donc à la conquête de ce marché, avec une spécialité : la création de couche mince de diamants sur différents supports comme par exemple, des outils ou des systèmes pour le traitement de l’eau, mais aussi sur des fraises de dentistes ou des pièces destinées à l’horlogerie.

Un savoir faire nommé : technique CVD, ce qui signifiedépôt chimique en phase vapeur. Un procédé chimique qui permet de déposer sur un support, une fine couche de diamant. Cette fine couche s'épaissira durant le processus. « C’est un procédé de production assez lent, dont la durée dépend de l’épaisseur visée et non de la surface à revêtir » précise Christophe Provent, Directeur de NeoCoat.

Revêtir une grande surface de diamant synthétique (un 1/2 m2) c’est possible ! Mais la prouesse réside surtout dans le revêtement de diamant des surfaces les plus complexes, celles avec les formes les plus insolites.

Dans l’horlogerie, cette technique permettrait d’éviter l’utilisation d’huile car le diamant glisse très bien sur lui-même. Reconnu pour ses propriétés mécaniques, la pureté du diamant synthétique est en générale plus élevée que celle d’un diamant naturel et sa solidité équivalente. Les seules impuretés retrouvées sont d’ailleurs celles qui sont amenées de manière volontaire et contrôlée lors de la fabrication.

Les « faiseurs de diamants » ont aussi prévu de diversifier leur activité en proposant la fabrication de machine pour les produire. Les acteurs de la production de diamants synthétiques de masse auront ainsi la possibilité de s’affranchirent de la sous-traitance des marchés industriels.

 

Informations complémentaires:

Christophe Provent Directeur de NeoCoat  
Tél.032.930.29.15 christophe.provent@neocoat.ch  
     
Claude Amiguet Directeur de Neode  
Tél:032.930.29.20 claude.amiguet@neode.ch  
     
Monica Pedreira Responsable communication de Neode  
Tél:032.930.29.35 monica.pedreira@neode.ch  
     

Communiqué - PDF

 

 

Photo HD